Quelles sont les nouveautés de la loi Pinel 2018 ?

Quelles sont les nouveautés de la loi Pinel 2018 ?

Lancé en 2015 par la loi de finances, le dispositif Pinel a été pensé par le gouvernement français pour favoriser l’investissement locatif dans l’immobilier neuf. Par la même occasion, elle vise à soutenir le secteur du bâtiment et la création de logements. Ce dispositif était programmé pour arriver à échéance en septembre 2017 : il a été reconduit pour 4 années supplémentaires dans le cadre du programme “Habitat, mobilité, logement”. Cette nouvelle version présente toutefois quelques modifications par rapport à la version initiale. Voici quelques informations à connaître avant de vous lancer dans un investissement locatif…

Loi Pinel : rappel

La loi Pinel est une disposition inscrite dans le code général des impôts français. Elle vise à octroyer un avantage fiscal aux investisseurs qui achètent un bien immobilier dans l’optique de le louer. Cet avantage est accordé sous certaines conditions :

  1. Le logement doit être neuf et non meublé
  2. Il doit être loué pour une période de 6 ans minimum
  3. Le montant de l’investissement ne doit pas dépasser 300 000 € par an
  4. Son prix au mètre carré ne doit pas dépasser 5 500 €

Si toutes ces conditions sont réunies, l’investisseur pourra bénéficier d’une réduction d’impôt de 12 % du prix du logement répartie sur 6 ans, de 18 % sur 9 ans ou de 21 % sur 12 ans. Un avantage non négligeable qui a deux objectifs principaux. D’une part, la loi Pinel vise à la fois à encourager et à booster l’investissement et la création de logements neufs dans les zones dites “dynamiques” (où la demande est élevée). D’autre part, elle permet de meilleurs conditions d’accès au logement aux personnes dont les revenus sont limités.

Les nouveautés de la loi Pinel 2018

Tout d’abord, pas de panique : les avantages fiscaux de la loi Pinel n’ont pas été revus à la baisse (ni à la hausse…). Ainsi, si vous réalisez un investissement locatif dans un programme immobilier neuf à La Chapelle-d’Armentières ou à Lille par exemple, vous pourrez toujours bénéficier d’une réduction d’impôts à hauteur de 21 % du prix du logement maximum. Les nouveautés concernent la restriction des zones éligibles à ce dispositif. Exit les zones B2 et C : l’investissement immobilier doit avoir lieu en zones A, A bis et B1, à savoir les zones dites “tendues”. Ce terme désigne principalement Paris et ses communes environnantes, les agglomérations d’Île-de-France et plus largement toutes celles de plus de 250 000 habitants (Strasbourg, Bordeaux, Marseille, etc.).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *